Zum Artikel springen
thérapie combinée notre concept thérapeutique médecine manuelle      ostéopathie      atlasthérapie selon Arlen physiothérapie ondes de choc extracorporelles appareillage et aides techniques but et schéma thérapeutiques

médecine manuelle

La médecine manuelle (du latin „manus“ = la main) est une méthode de traitement qui n’utilise que les mains pour appliquer la thérapie au patient. On emploie aussi encore le terme de „chirothérapie“ (du grec „cheir“ = la main) qui a la même signification mais qui a tendance à être confondu avec celui de „chiropractor“ des anglo-saxons. Ce traitement est indolore et, comme cela est connu pour la thérapie des maux de tête et de dos, comporte notablement moins de risque que l’utilisation des antalgiques anti-inflammatoires.

La médecine manuelle s’occupe des troubles de mobilité des articulations actionnées par les muscles qui les maintiennent.

En médecine manuelle, il faut distinguer deux types de techniques. D’un côté les techniques de kinésithérapie qui consistent, après bilan fonctionnel, à redonner une mobilité au segment en le mobilisant de façon répétitive. Ceci est appelé mobilisation. L’effet en profondeur sur le système de régulation fait défaut. Les physiothérapeutes n’ont le droit de pratiquer ces techniques articulaires que sur ordonnance détaillée du médecin.

La médecine manuelle, acte médical, a un autre impact. Elle demande le diagnostic de tous les troubles fonctionnels du système locomoteur pouvant avoir un rapport avec un problème de santé. Dans certains cas, la réalisation de clichés radiologiques préalables est indispensable.

Après repérage des dysfonctions biomécaniques par la main du médecin, le patient est positionné pour permettre l’application d’une courte impulsion sur l’articulation impliquée. Il s’agit d’une manipulation.

Cette manipulation est considérée par le public mais aussi par nombre de confrères non versés dans les techniques de médecine manuelle, comme plus ou moins accompagnée d’un caractère aventureux. Le bâillement de l’articulation s’accompagne souvent d’un craquement qui impressionne le patient qui l’associe à une notion de „remise en place“ de l’articulation. Ceci n’est bien sûr pas le cas car : pour être remise en place, l’articulation devrait être luxée. Au niveau de la colonne vertébrale, une luxation vertébrale est souvent synonyme de paralysie voire de décès. La manipulation supprime en fait des contractures musculaires réflexes qui empêchent le bon fonctionnement articulaire. Cette récupération de la mobilité influence positivement la perception corporelle et réduit les douleurs. Le craquement est un phénomène d’accompagnement purement physique (effet de vide) et bénin qui n’a aucun rôle thérapeutique, si ce n’est psychologique.

La manipulation demande au médecin peu de force, de l’ordre de grandeur de ce que l’on rencontre dans la vie de tous les jours sur une articulation (ex: accélération en voiture, force nécessaire pour porter une charge, d’effectuer une activité sportive, etc.). D’autre part, contrairement à certains préjugés, il n’est pas possible, par des techniques bien conduites, de provoquer une instabilité articulaire si l’on répète la manipulation fréquemment. La manipulation elle-même doit être totalement indolore – sinon on est en droit de penser que la technique est mauvaise.

La manipulation est interdite aux kinésithérapeutes car leur formation ne leur autorise pas l’établissement d’un diagnostic, l’interprétation de radiographies ni d’exclure les contre-indications ou de juger des dangers d’un traitement.

Ambulanz für Manuelle Medizin - Zentrum für Bewegungsstörungen
Thürachstraße 10 - D-79189 Bad Krozingen
Tel: +49 (0) 7633-408-836, Fax: +49 (0) 7633-408-842,